accueil    -   contact    -     
Écrire un nouveau message
Catherine M, le 2019-01-08 21:47:26
Lu en ligne que les victimes d'accidents cardiaques avaient de meilleures chances d'être rides en charge...lors d'un vol long courrier. non seulement il y a un pilote dans l'avion, mais à coup sûr un, voire deux médecins. Gag ? Ou fond de vérité ?
Répondre
Pr Montalescot, le 2019-01-08 21:58:04
Il est un fait qu'il y a souvent un médecin a bord des longs courriers ce qui pose d'ailleurs des questions de responsabilités d'exercice dans des "non-territoires". Je peux témoigner d'avoir été mobiliser plusieurs fois lors de vols. Mais de là à dire qu'on est mieux pris en charge en l'air qu' a terre il y a un monde! je ne souhaite a personne de faire un infarctus a 8000 m d'altitude.
Guillaume R., le 2018-12-16 22:39:07
Mon cardiologue m'a annoncé que les prochaines consultations seraient des téléconsultations... je ne sais pas comment le prendre? veut-il éviter de me revoir en consultation? est-ce bon signe ou mauvais signe?
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-12-16 22:48:36
En effet depuis septembre, un arrêté ministériel a fait entrer la téléconsultation dans le droit commun de la prise en charge des patients. Tous les médecins peuvent le proposer même si cela reste encore confidentiel et surtout le fait de quelques spécialités a la pointe dont la Cardiologie. La télémédecine est arrivée! ce n'est ni bon ni mauvais signe, c'est un nouveau mode de prise en charge a distance qui évite des déplacements aux patients et permet aussi de pallier a la pénurie de médecins dans notre pays...
Tanguy QUEFFELEC, le 2018-12-14 17:48:43

Tu ne seras pas choqué ? Partisans d’une parole directe, nous opterons d’emblée pour le tutoiement avec toi, sœur ou frère « cardiosensible », qui que tu sois en fait, proche de patient ou non, juste quelqu’un de passionné par les questions médicales.
En cet instant, tu as donc dans les mains ces quelques feuillets et tu te demandes sans doute quel en est l’objet. Au tout début de son existence, puisque la parution de notre bulletin est appelée à durer, nous nous sommes fixés une ambition très claire : établir un lien, aussi bien physique qu’intellectuel, entre les accidentés cardiaques et nous-mêmes, qui avons été également confrontés, par le passé, à toutes sortes de péripéties, au centre même de notre chair, entre artères et ventricules, à l’occasion de ce qui se nomme parfois un infarctus, dans la version la plus connue de ce type de défaillance…
Une fois ce lien établi avec toi, Pierre, Paul, Jacques, ou Clarisse, Karine, Laetitia, nous nous proposons de t’accompagner quelque temps sur le chemin de ta convalescence et de ton retour à ce qu’étaient tes vies avant ta période d’hospitalisation, vie sociale, vie familiale, vie professionnelle le cas échéant… Ayant intégré dans notre association des psychologues et des nutritionnistes, entre autres, nous nous jugeons prêts à te fournir des conseils, à te suggérer des directions. Nous nous attacherons à le faire dans un esprit propre à t’inspirer un sentiment de fraternité, et cela nous sera d’autant plus naturel que nous fumes nous-mêmes, il y a quelques mois ou quelques années, demandeurs de ce type de contacts, chaleureux, immédiats, bien concrets, dans le prolongement de nos interventions respectives à La Salpetrière ou ailleurs, Cochin et autres CHU, Paris et province.
Dès aujourd’hui, avec ton accord, nous souhaiterions nous attarder sur un point déterminant à nos yeux : au lendemain d’un accident cardiaque, le patient, toi-même s’il s’agissait de ton cas ici, tu dois t’efforcer d’admettre l’événement dans toute son ampleur. Sur le moment, sa gravité ne t’a pas échappé sans doute, mais avec le temps, réflexe bien humain, tu pourrais t’imaginer que tu vas reprendre le cours de ton existence là même où celle-ci s’est interrompue, d’un coup, avec ton transfert vers une structure hospitalière… Mais quelle victime d’infarctus n’aimerait pas se dire que ce n’était qu’un mauvais moment à passer, sans conséquences fondamentales ? Alors que… Alors que quoi ? Alors que ton accident cardiaque a entrainé une mutation de ton existence, pas forcément spectaculaire, mais en tout cas irréversible, pour tout ton organisme, puisque l’organe du cœur régit l’ensemble de son fonctionnement…
Comment dire ? D’une certaine façon, tu as changé de monde… Oui c’est quelque chose comme ça. Désormais dans ton existence, tu dois composer avec deux contraintes d’ordre médical : la prise quotidienne de médicaments, selon des posologies variables, et la consultation régulière d’un cardiologue, ce qui signifie « être suivi »... Devrons-nous mentionner également d’autres contraintes, d’ordre alimentaire, ou strictement physique, de toute manière souhaitables « à un certain âge » ?
Depuis ton infarctus, depuis ton arrêt cardiaque, tu as changé de monde… Maintenant est-ce si grave ? Pourquoi cela serait-il si compliqué à concevoir, alors que tu es bien vivant, avec ton cœur qui toujours produit ses battements réguliers ? Grace aux progrès de la médecine, notons-le au passage.
Tu as changé de monde, et après ? Tout au long de notre existence, nous ne cessons pas de changer de monde, une fois l’enfance achevée par exemple, à la fin de l’adolescence, puis par la suite, à travers des engagements sentimentaux, familiaux, professionnels… Ces mouvements, vécus parfois comme des bouleversements, nous permettent de révéler à nous-mêmes nos infinies capacités d’adaptation et ce faisant nous font prendre une dimension supplémentaire sur le plan humain. N’est-ce pas là aussi un moyen de nous aimer davantage ? Et ce serait donc le cas, le défi à relever lors d’un accident cardiaque… Qu’en pensez-vous, Pierre, Paul, Jacques ? Partagez-vous notre point de vue, Clarisse, Karine, Laetitia ? Parlons-en... Ca tombe bien : notre porte est restée ouverte hier soir.

Répondre
Pr Montalescot, le 2018-12-16 22:34:26
Merci encore une fois pour ce témoignage+++ et merci d'accompagner le groupe P&R.
Brigitte Bertolli, le 2018-11-27 16:35:48
Bonsoir,
J'ai récemment pris connaissance de l'événement qu'organise Parole et Réactions le 7 décembre prochain à 11 H au cinéma Escurial à Paris, à savoir la projection du film de Nicolas Philibert "de chaque instant" consacré aux infirmières. Ayant pu apprécier à diverses reprises les qualités professionnelles et humaines des personnels soignants j'aimerais recommander d'assister à cette séance, en présence du réalisateur.
Voici le lien pour s'inscrire
https://www.helloasso.com/associations/action-fonds/evenements/de-chaque-instant.
Répondre
GONIN Georges, le 2018-10-28 20:38:18
Bonjour, je suis sorti de l'institut de cardiologie, avec un pace maker, il y a 15 jours environ et depuis mon ventre "bouge", "bat" occasionnellement; peut être s'agit il du diaphragme? En tout cas ce battement qui n'est pas douloureux me réveille la nuit, dure quelque fois pendant plusieurs minutes, se produit également quand je suis assis, surtout le matin au petit déjeuner et rarement dans la journée quand je suis debout. Plutôt inquiet car je ne verrai le rythmologue que dans 3 mois, mon cardiologue courant novembre. Que puis je faire ? merci pour votre réponse
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-11-01 09:28:42
La meilleure chose est bien sur de contacter le médecin rythmologue qui vous suit. Ce forum ne peut, ni ne doit se substituer aux médecins en charge des patients.
Jean Wohrer, le 2018-10-17 16:38:54
Bonjour Monsieur Montalescot,

Tous mes remerciements pour le beau travail que vous avez effectué le 10 octobre dernier : me voilà muni d'un beau parapluie qui va me protéger des risques d'un nouvel AVC !

J'ai admiré les images du CD Rom qui sont beaucoup plus impressionnantes que ce que j'avais pu voir sur Internet, puisque c'était mon propre cœur que je voyais.

J'associe à ces remerciements toute votre équipe : ils ont, tous et toutes, été à la fois très techniques, mais aussi chaleureux et plein d'attention et de gentillesse.

Et aux deuxième étage, à part la climatisation frigorifiante, c'était également parfait avec des infirmières et aide-soignantes souriantes, attentionnées et efficaces.

Dernier détail : la nourriture est très bonne (quand on y a droit !).

Bref, un excellent séjour, que je ne vais néanmoins pas renouveler, si vous en êtes d'accord.

Merci encore à vous-même et à toutes vos équipes. Je vais pouvoir recommencer faire du sport (doucement) sans crainte.

Cordialement (sic)

Jean Wohrer
Répondre
Ginette de Matha, le 2018-11-27 19:32:46
C'est le moment de vous joindre aux activités de notre groupe Parole et Réactions.
Premier rendez-vous : le 7 décembre prochain, à 11 h, au cinéma l'Escurial 11,bd de Port Royal 75013,
pour la projection de l'excellent documentaire que Nicolas Philibert a consacré aux infirmières et infirmiers "de chaque instant". Le réalisateur sera avec nous et participera à un échange à l'issue de la projection. A très vite !
Pour s'inscrire :
https://www.helloasso.com/associations/action-fonds/evenements/de-chaque-instant
Pr Montalescot, le 2018-10-17 16:46:10
Merci de votre message qui fera plaisir a nos équipes+++
Eleonore T., le 2018-10-13 10:48:07
Mon cardiologue me suit pour un prolapsus de la valve mitrale et me parle d'une intervention a coeur ouvert pour réparer la valve. Je ne ressens absolument rien et ma mère a la même chose et n'a jamais été opérée... je suis très dubitative. Merci de vos conseils.
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-10-17 07:21:34
Les indications chirurgicales sur les fuites mitrales par prolapsus sont parmi les plus délicates a poser car les patients sont souvent comme vous asymptomatiques mais l'on sait qu'il y a des bénéfices a intervenir plutot précocément. Il y a des recommandations pour guider le moment optimal de l'intervention. A discuter avec votre cardiologue.
Jeanne Martin, le 2018-08-23 05:15:35
Bonjour,
Je lis dans un Quotidien économique que l'on va très bientôt employer des cellules souche pour reconstituer le myscle cardiaque abîmé par un infarctus. Est-ce sérieux ?
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-08-23 20:31:09
Il s'agit en effet d'un vieux rêve que de pouvoir remplacer le myocarde nécrosé (mort) par ces cellules pouvant coloniser et se différencier et se multiplier au sein de ces zones nécrosées. Depuis 20 ans ces recherches passent par des hauts et des bas. Peut-être que cela deviendra possible mais pour l'instant ces interventions demeurent du domaine de la recherche. Donc oui c'est sérieux! mais ce n'est pas encore acquis!!
Claire Martha, le 2018-08-01 20:54:51
Bonjour,
Est-il exact que les femmes sont désormais autant que les hommes exposées à un accident cardio-vasculaire ?
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-08-02 23:10:23
La premiere cause de mortalité des femmes reste les maladies CV.
Les femmes fument plus et plus tot que les hommes.
Les AVC sont une grande cause de morbi-mortalité et de handicap chez les femmes.
Et malheureusement les femmes sont plutot moins bien soignées et plus tardivement que les hommes...
Martine Cousin, le 2018-07-30 17:13:47
J'ai lu dans le Coin des Experts que vous recrutez des malades pour faire partie de vos études. Quels sont les bénéfices et/ou risques pour les patients de participer à de telles études ?
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-08-02 23:14:01
Oui et il faut toujours essayer de participer aux essais de recherche clinique lorsqu'on a confiance dans ses médecins car toutes les analyses montrent que les patients sont mieux soignés quand ils participent a un essai clinique. Assurance d'avoir le meilleur traitement de référence, meilleur suivi, tenue du dossier de meilleure qualité, personnel dédié au suivi du patient, pas de délais sur les rendez-vous...
Bea , le 2018-07-20 06:04:46
J'ai plus de 60 ans et je pratique le sport régulièrement: vélo, footing, gym. Est-il recommandé de passer un test d'effort?
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-07-26 22:08:33
En soi ce n 'est pas une nécessité. Par contre, le sport même s'il réduit le risque CV, il n'est pas le seul facteur a considérer dans votre niveau de risque CV. C'est surement le moment pour faire le point sur votre risque global avec votre cardiologue ou votre MT.
Martine Duron, le 2018-06-28 16:40:47
J'apprends qu'un médecin est poursuivi par la Sécurité Sociale parce qu'il ne prescrit pas de génériques. Dans quel pays vit-on? Moi je demande toujours a mon médecin de ne pas me donner de génériques. Qui a raison?
Répondre
Tom Hyatt, le 2018-06-28 16:36:09
Il y a beaucoup d'associations comme cela dans mon pays (US). Elles participent a toutes les activités de recherche avec des représentants y compris dans les steering committees. Elles sont invitées par les Autorités pour discuter de l'acces aux nouveaux medicaments ou traitements en général. Bravo et continuez comme cela!
Répondre
hélène Curien, le 2018-06-14 19:52:41
bonjour, j'ai eu la chance d'assister a la grande journée du coeur avec mon mari J’ai passé un excellent après-midi. Le programme, les intervenants, tout était top !
Merci pour l’organisation exceptionnelle de cette très belle manifestation !

Répondre
Ginette de Matha, le 2018-11-27 19:37:00
Une occasion de prolonger d'une autre manière ce magnifique rendez-vous de juin :
notre groupe étole et Réactions vous invite à la projection de l'excellent film que Nicolas Philibert a consacré aux infirmières et infirmiers : "de chaque instant".
Rendez-vous le 7 décembres à 11 H au cinéma l'Escurial 11, bd de Port Royal 75013.
Le réalisateur sera présent et participera à un débat à l'issue de la projection.
Pour s'inscrire :
https://www.helloasso.com/associations/action-fonds/evenements/de-chaque-instant
albert MAURICE, le 2018-06-11 10:45:59
Je suis diabètique et mon médecin me demande de faire des examens car j'ai un gros risque d'infarctus, alors que je ne ressens rien, c'est bizarre non?
Répondre
Pr Montalescot, le 2018-06-11 11:08:05
Votre médecin a raison et le diabète expose plus au risque d'infarctus et les symptômes sont souvent diminués ou absents en cas de diabète. Revoyez-le.
gilles montalescot, le 2018-06-09 17:16:49
Bienvenue a tous sur VOTRE site! partagez expérience et information sur les maladies cardiovasculaires.
Répondre


**Pour les particuliers : impôt sur le revenu : réduction égale à 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % du revenu imposable. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq années suivantes.
***Pour les entreprises : impôt sur les sociétés - BIC : réduction d'impôt égale à 60 % du montant du don, pour des dons compris dans la limite de 0,5 % du chiffre d'affaires HT. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq exercices suivants.

Ainsi une personne qui donne 100€ verra l’année suivante ses impôts diminués de 66€ et le don ne lui aura coûté que 34€.»