accueil    -   contact    -     
Qu’est-ce que c’est que l’œdème aigu du poumon (OAP) ?

L’œdème aigu du poumon (OAP) est l’accumulation de liquide dans les alvéoles pulmonaires, ce qui entraîne une altération des échanges gazeux et donc une insuffisance respiratoire.

Dans la majorité des cas, cet œdème est d’origine cardiogénique, on parle d’insuffisance cardiaque gauche. Cette insuffisance de la pompe cardiaque entraîne une stagnation de liquide et une augmentation de la pression dans les capillaires pulmonaire qui se situent en amont du cœur. Cela a pour conséquence une extravasation du liquide dans les alvéoles pulmonaires.

Dans des cas plus rares, l’œdème peut provenir directement d’une lésion du tissu interstitiel pulmonaire ou des alvéoles (œdème lésionnel).

Progressivement, les alvéoles sont noyées d’eau... C’est une urgence !


Quels sont les symptômes ?

Les symptômes s’installent de manière brutale, parfois la nuit en réveillant le patient. Il présente une sensation d’étouffement/asphyxie, comme s’il cherchait son air. Le patient peut tousser, avec parfois des crachats mousseux et rosés. La pâleur et les sueurs sont des signes d’épuisement respiratoire et donc de gravité.

Souvent, un essoufflement croissant est présent les jours précédents et le patient peut avoir du mal à dormir la nuit sans surélever la tête.

Parfois, l’installation est brutale sans aucun signe avant-coureur (surtout dans le cadre de pics hypertensifs)

Quelles en sont les causes ?

Pour l’OAP cardiogénique, les causes sont celles de l’insuffisance cardiaque en général : infarctus, valvulopathies, troubles du rythme, cardiomyopathie idiopathique ou congénitale, écart de régime ou rupture de traitement chez un patient insuffisant cardiaque connu...

Indépendamment de la fonction cardiaque de base du patient, les OAP sont favorisés par les pics d’hypertension artérielle qui peuvent augmenter de manière brutale le travail de la pompe cardiaque (par augmentation des résistances artérielles).

Que faire en cas d’OAP ?

L’état du patient peut rapidement se détériorer et le patient asphyxier. L’OAP est une urgence thérapeutique. Le patient doit être assis (avec aide s’il n’en est pas capable) et il faut appeler le SAMU.

Quel est le traitement d’un OAP ?

La venue des secours permet généralement de résoudre la crise. En règle, le patient est ensuite hospitalisé pour la suite de la prise en charge.

Les grandes lignes du traitement administré par le SAMU ou en soins intensifs comportent :
  • Maintien d’une position assise ou semi-assise
  • Oxygénothérapie pour assurer les besoins du corps en oxygène. Selon l’importance de l’OAP et le degré d’épuisement du patient, cela peut aller de simples lunettes à oxygène, à la ventilation en pression positive continue (CPAP) ou la ventilation non invasive au masque, jusqu’à la ventilation mécanique après intubation orotrachéale (respirateur artificiel).
  • Diurétiques intra-veineux pour diminuer la quantité de liquide dans le corps et les poumons.
  • Dérivés nitrés intra-veineux permettant une dilatation veineuse et le retour du liquide des poumons aux veines. Ils permettent également de baisser la tension artérielle si celle-ci est élevée.
  • Traitement de la cause et prise en charge des facteurs déclenchants


**Pour les particuliers : impôt sur le revenu : réduction égale à 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % du revenu imposable. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq années suivantes.
***Pour les entreprises : impôt sur les sociétés - BIC : réduction d'impôt égale à 60 % du montant du don, pour des dons compris dans la limite de 0,5 % du chiffre d'affaires HT. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq exercices suivants.

Ainsi une personne qui donne 100€ verra l’année suivante ses impôts diminués de 66€ et le don ne lui aura coûté que 34€.»

Adhérer au groupe de patients Parole & Réactions