accueil    -   contact    -     

Qu’est ce qu’un infarctus du myocarde ?

Il s’agit de l’urgence cardiaque par excellence, une occlusion totale ou partielle d’une artère coronaire en est la cause. Le myocarde, autrement dit le muscle cardiaque, est menacé d’une nécrose irréversible si l’artère n’est pas ré-ouverte rapidement.

Qu’est ce qui provoque un infarctus du myocarde ?

La rupture d’une plaque d’athérome provoque la formation d’un caillot de sang (thrombus), ce thrombus va occlure plus ou moins complètement l’artère coronaire et donc interrompre le flux sanguin dans la coronaire (artère nourricière du cœur), Cf. Figure 1. Dans de rares cas, l‘infarctus est du à un spasme coronaire ou une dissection spontanée de l’artère.

Quels en sont les symptômes ?

le patient ressent brutalement une violente douleur thoracique, prolongée, qui serre en étau, irradie aux bras ou au niveau du cou et de la mâchoire. La douleur est parfois moins typique, au creux de l’estomac, accompagnée de sueurs ou de nausées. L’infarctus est parfois précédé d’un syndrome de menace qui correspond à l’apparition de la douleur aux effort minimes dans les jours qui précédent.

Que dois-je faire si je ressens une telle douleur ?

Une seule chose à faire : appeler le SAMU en composant le 15. C’est le meilleur moyen pour bénéficier de la bonne prise en charge rapidement, c’est à dire être transporté vers une salle coronarographie sans perte de temps.

Comment traite-t-on un infarctus ?

L’angioplastie primaire, c’est à dire la réouverture de l’artère occluse le plus rapidement possible, est la pierre angulaire de la prise en charge, le cardiologue interventionnel réalise une coronarographie puis procède à l’angioplastie à l’aide de ballonnets et la mise en place d’un stent dans l’artère coronaire pour maintenir le résultat. (Cf. Figure 2 à 4). Un traitement qui fluidifie le sang (antiagrégants et anticoagulant) est également nécessaire.

Que doit faire le patient après un infarctus ?

L’observance des traitements médicamenteux est impérative, ainsi que l’arrêt du tabac si le patient fume. Le contrôle des autres facteurs risques d’athérome est également primordial, c’est à dire l’hypertension artérielle, le cholestérol, le diabète et le surpoids.


Illustration d’une rupture de plaque d’athérome et formation d’un thrombus


Artère coronaire droite occluse avec présence de thrombus


Angioplastie de la lésion avec mise en place d’un stent


Résultat final avec réouverture complète de l’artère

**Pour les particuliers : impôt sur le revenu : réduction égale à 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % du revenu imposable. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq années suivantes.
***Pour les entreprises : impôt sur les sociétés - BIC : réduction d'impôt égale à 60 % du montant du don, pour des dons compris dans la limite de 0,5 % du chiffre d'affaires HT. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq exercices suivants.

Ainsi une personne qui donne 100€ verra l’année suivante ses impôts diminués de 66€ et le don ne lui aura coûté que 34€.»

Adhérer au groupe de patients Parole & Réactions