accueil    -   contact    -     
Qu’est-ce que la coronarographie ?
  • Qu’est-ce qu’une coronarographie : il s’agit d’un acte invasif de radiologie, effectué par un cardiologue interventionnel. Cet examen consiste à visualiser les artères coronaires qui irriguent le cœur, pour faire le diagnostic d’un rétrécissement ou d’une occlusion coronaire.

    Un traitement adapté peut ensuite être proposé, il peut s’agir d’une dilatation coronaire (angioplastie) avec pose de stent, d’un pontage chirurgical ou simplement d’un traitement médicamenteux sans intervention.

  • Cet examen se fait sous anesthésie locale ou générale ? l’anesthésie est locale dans la quasi-totalité des cas. Une sédation légère ou un anxiolytique sont parfois nécessaires. Les procédures sous hypnose se développent progressivement.

  • Quelle est la voie d’abord ? Le cardiologue réalise une ponction d’une artère du poignet (90 % des cas ) ou de l’aine ( artère fémorale dans moins de 10% des cas), puis en suivant le flux sanguin à contre-courant à l’aide de cathéters on remonte jusqu’aux artères coronaires à l’entrée du cœur. Un produit contraste contenant de l’iode est injecté directement dans les artères coronaires puis une séquence filmé est acquise à l’aide de l’appareil de radiologie.
    <
    li>Quelles sont les indications pour réaliser une coronarographie : une coronarographie est nécessaire pour le diagnostic et le traitement de l’angine de poitrine, de l’infarctus du myocarde ainsi qu’en préopératoire d’une chirurgie cardiaque comme le remplacement d’une valve cardiaque.

  • Qu’est-ce qu’une angioplastie coronaire ? c’est un geste qui consiste à dilater une artère coronaire rétrécie à l’aide d’un ballonnet introduit puis gonflé à l’intérieur de l’artère au niveau du rétrécissement. Un stent (petit ressort métallique) est ensuite implanté à ce niveau pour maintenir le résultat à long terme. (Cf. fiche médicale de l’infarctus)
Figure : Aspect des artères coronaires droite et gauche lors d’un examen coronarographique normal.


**Pour les particuliers : impôt sur le revenu : réduction égale à 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % du revenu imposable. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq années suivantes.
***Pour les entreprises : impôt sur les sociétés - BIC : réduction d'impôt égale à 60 % du montant du don, pour des dons compris dans la limite de 0,5 % du chiffre d'affaires HT. La fraction des dons excédant le plafond est reportable sur les cinq exercices suivants.

Ainsi une personne qui donne 100€ verra l’année suivante ses impôts diminués de 66€ et le don ne lui aura coûté que 34€.»

Adhérer au groupe de patients Parole & Réactions